L’HISTOIRE

La cour, l’église et le château de Fulignano sont répertoriés depuis le 29 avril 994 dans l’acte de donation que Teuzo-Tegrim - fils de Ildebrando et Ava, la puissante famille des Lambardi de Staggia et qui fut part de la tribu lombarde - fit à sa femme Sinderarda. Le château appartenait au grand patrimoine qui comprenait le monastère de Badia a Isola, fondé par Ava en 1001, la fortification Rocca di Staggia, les châteaux de Cusona, de Bibbiano et de Cellole. Vers la fin du XIième siècle la famille Lambardi commence à se désagréger et en 1087 le château est administré par le moines de l’abbaye Badia a Isola.

Le château se situe sur un des trajets de la Via Francigena*, le chemin des pèlerins que l’archevêque Sigeric a parcouru lors de son voyage de retour de Rome vers Canterbury (990-994) et à l’avenir par des innombrables pèlerins qui se rendaient à Rome ou à Pise afin de s’embarquer à destination de Jérusalem.

Le territoire de Casaglia et Fulignano fut crucial depuis les temps anciens, pour le contrôle des chemins et des trafics (du haut de la colline, à 238 mètres, il était facile de surveiller les différents trajets de la Via Francigena et les chemins vicinaux qui reliaient les châteaux, les églises fortifiées et les abbayes de la zone). En outre, le château de Cusona, situé de manière symétrique en face à Fulignano, à une centaine de kilomètres, était la douane qui, dans le Moyen-Age, marquait la frontière entre les territoires de San Gimignano et ceux de Florence.
Sans oublier, le terrain siliceux et arénacé de la zone de Casaglia-Fulignano se prêta, à partir du XIIIième siècle, à la culture d’une petite fleur, le crocus (crocus sativus) dont ont extrayait le safran, une épice qui devint objet de commerce et qui contribua à la puissance économique de San Gimignano en époque médiévale.

Après une minutieuse restauration qui a duré trois ans, du 1999 à 2002, le château a repris à vivre et a rouvert ses portes aux hôtes qui parviennent du monde entier pour apprécier la paix et la beauté qui règnent à Castello di Fulignano. La partie centrale du bâtiment est édifiée sur les ruines de l’église originale de San Lorenzo, reconstruite en 1790 comme Pieve di San Lorenzo a Casaglia, à une centaine de mètres en face du château. Elle est encore et toujours consacrée à église paroissiale.

* Les trajets de la Via Francigena exploitaient les restes des rue romaines. Les romains, par contre, se servirent des parcours étrusques. Toutefois c’était les Longobards à amplifier les chemins ; mais le développement maximal fut atteint sous les Franconiens.

Comme nous l'avons trouvé

Comme il est aujourd'hui





CASTELLO DI FULIGNANO S.r.l. info@castellodifulignano.it